English version

Les Appellations d'Origine Protégée

Des Côtes-du-Rhône aux Côtes-Rôties, de Châteauneuf-du-Pape à Gigondas, la Vallée du Rhône est riche d’appellations renommées pour leur identité et leur singularité. De grandes appellations pour des vins de légende.

Gigondas

L’aire de l’appellation est située dans le Vaucluse, au pied des « Dentelles de Montmirail ».  Le village était une base  pour les militaires romains qui lui donnèrent d’ailleurs son nom :
« Jucunditas », qui signifie joie et plaisir. Grâce à son excellence, Gigondas fût la 1ère appellation Côtes-du-rhône Villages à passer en AOC en 1971. Elle fait maintenant partie des appellations incontournables de la Vallée du Rhône.  Vin de garde élégant, riche d’arômes et de nuances, il acquiert une renommée proche de celle de Châteauneuf-du-Pape.

Châteauneuf-du-Pape

La plus prestigieuse appellation de la Vallée du Rhône méridionale est également à l’origine de la notion d’AOC.

Au 14ème siècle, la Papauté s’installa en Avignon et choisit la région de Châteauneuf-du-Pape comme résidence d’été et commença à y promouvoir la viticulture. Dans les années 1920, le Baron Le Roy s’installa comme viticulteur à Châteauneuf-du-Pape. De formation juriste, il fut sollicité pour mettre de l’ordre dans la production et dans sa commercialisation. Il créa en 1924 le syndicat des vignerons de Châteauneuf-du-Pape puis, en 1929, le syndicat des côtes-du-rhône, qui aujourd’hui s’appelle InterRhône. L’implication du Baron Le Roy sera très importante et aboutira dans la rédaction du projet de loi qui promulguera les bases de l’appellation d’origine protégée en 1935. En 1936, Châteauneuf-du-Pape devint l’une des premières AOC.

La typicité de l’appellation Châteauneuf-du-Pape est due à deux facteurs essentiels. Tout d’abord le terroir exceptionnel : il est composé de galets roulés provenant des anciens glaciers Alpins. Grâce à ces galets, la chaleur emmagasinée durant la journée est restituée à la vigne pendant la nuit. Les raisins gagnent ainsi en maturité. Ensuite le vent : le Mistral qui souffle sur les vignes, permettant d’assainir le vignoble en le préservant de l’humidité et des corps étrangers présent dans l’air. Les rouges sont très complexes, puissants et équilibrés, et sont reconnus pour leur potentiel de garde. Ils ont des arômes de sous-bois, de fruits mûrs, d’épices. Les blancs sont peu acides, ronds et très parfumés aux notes de fruits et de fleurs blanches qui au fil des années, évoluent vers des notes miellées et boisées.

Côtes-du-rhône

C’est l’une des plus anciennes appellations  de France. En 1737, un édit du Roi de France  indique que tous les fûts destinés à la vente doivent être marqués au feu par les lettres ‘C.d.R.’

En 1936, l’A.O.C. Côtes-du-rhône est créée et contraint les vignerons à respecter des  critères spécifiques : délimitation de l’aire de production, cépages, rendement, qualité du vin, degré. L’aire de l’appellation est vaste, elle s’étend de Vienne à Avignon. Dans nos cuvées nous privilégions principalement les vignobles du Gard et du Vaucluse.

L’appellation se décline dans les 3 couleurs (rouge, blanc et rosé) et est l’un des ambassadeurs de la vallée du Rhône. Un Côtes-du-rhône rouge s’apprécie facilement tout le long d’un repas convivial entre amis ou en famille. Le Côtes-du-rhône blanc est idéal en apéritif, avec les poissons en sauce et les volailles. Servi frais, le rosé ravira vos repas d’été, la cuisine asiatique, une pizza ou les viandes blanches.

Côtes-du-Rhône Villages   

Création de l’AOP Côtes-du-Rhône Villages date de 1966 et  comprend aujourd’hui 90 communes dans 4 départements : Ardèche,  Drôme,  Gard et Vaucluse.Le secteur des Côtes-du-Rhône Villages est plus restreint que celui des Côtes-du-Rhône.  Les cépages sont les mêmes que dans les Côtes-du-Rhône mais les rendements sont inférieurs et la notion de terroir est privilégiée. Les vins rouges sont composés d’au moins 50 % de Grenache noir puis 20 % au moins de syrah et / ou Mourvèdre et autres cépages autorisés à hauteur de 20 % maximum. Les Côtes-du-Rhône Villages rouges sont des vins aux arômes plus fins et plus corsés, élégants en bouche avec une structure et des tanins plus affirmés qui permettent un meilleur potentiel de garde.

Reconnus pour leur spécificité, 17 noms géographiques peuvent suivre le nom Côtes-du-Rhône Villages. Nous vous présentons ceux qui nous concernent.  

Côtes-du-Rhône Villages Signargues

Reconnu AOP en 2005, son vignoble s’étend sur 4 communes du Gard : Domazan, Estézargues, Rochefort-du-Gard et Saze. Ce terroir, situé sur un ancien lit du Rhône, est caractérisé par de fortes pluies et des étés très chauds. Il ne produit que des vins rouges. 

Ces vins sont élégants et fins aux arômes de fruits. Ils se dégustent avec des viandes rouges telles que magret de canard ou agneau.

Découvrez notre Côtes-du-Rhône Villages Signargues ‘Château de Domazan.

Côtes-du-Rhône Villages Visan

Consacré AOP en 1967, son terroir est sur la commune vauclusienne de Visan, ancienne propriété papale du 14ème siècle et aujourd’hui située dans l’Enclave des Papes. La vigne y est cultivée depuis l’Antiquité sur des sols argilo-calcaires caillouteux au climat méditerranéen. Ce terroir produit des vins rouges aromatiques, gourmands avec des notes de garrigue et d’épices.

Découvrez notre Côtes-du-Rhône Villages Visan ‘Domaine le Garrigon’ Bio.

Côtes du Rhône Villages Séguret

Consacré AOP en 1967, son vignoble est sur la commune de Séguret, village haut perché, classé parmi les plus beaux villages de France. Les vignes sont situées  sur des coteaux et terrasses argilo-calcaires, caillouteux. Les cépages principaux sont le Grenache noir, la Syrah et/ ou Mourvèdre.  Les vins rouges ont des arômes de fruits noirs aux tanins fondus. Ils s’apprécient avec les spécialités provençales, les volailles et fromages.

Découvrez notre Côtes du Rhône Villages Séguret ‘Domaine Montbayon’.

Côtes du Rhône Villages Plan de Dieu

‘Plan Dei’ est le nom donné par les communautés religieuses qui s’y installèrent au Moyen-Âge et y continuèrent la culture de la vigne. Consacré AOP en 2005, le vignoble s’étend aujourd’hui sur les communes vauclusienne de Camaret-sur-Aigues, Jonquières, Travaillan et Violès ; en une grande plaine aux sols  baignée de soleil et balayée par le Mistral. Produit uniquement en rouge, ces vins offrent des arômes intenses de fruits mûrs et d'épices avec des notes de Garrigue.

Découvrez notre Côtes du Rhône Villages Plan de Dieu ‘Domaine du Père Hugues.

Ventoux

Le nom de l’appellation suffit à la situer. C’est en effet sur les contreforts du Mont Ventoux que s’épanouit un vignoble réparti sur une cinquantaine de communes et plus de  6 000 hectares entre Vaison la Romaine et Apt. Les cépages principaux sont le Grenache, la Syrah et le Cinsault. Le climat, plus froid que dans les Côtes-du-rhône, entraîne une vendange  plus tardive. AOC depuis 1973, les Côtes-du-Ventoux sont devenus Ventoux en 2009. Les rouges s’apprécient sur des grillades. Ses rosés sont de plus en plus recherchés.

Vacqueyras 

vient du latin Valléa Quadreria, qui signifie la ‘vallée des pierres’. Consacrée A.O.P en 1990, son aire d’appellation est proche de celle de Gigondas, sur les communes de Vacqueyras et Sarrians, à l’abri des Dentelles de Montmirail. Ses vins rouges sont des vins de garde aux arômes de petits fruits rouges qui développent au fil des années des notes de réglisse, d’épices et de poivre. Leurs caractères fin et frais les différencient des Gigondas.

Luberon

Son vignobleest situé dans un cadre naturel fabuleux, au cœur du Parc Naturel Régional du Luberon. Les vignerons s’emploient à  respecter les ressources naturelles et à respecter l’environnement. Ce terroir exposé aux vents descendant du Pays de Sault bénéficie tout au long de l’été du débordement des rares pluies enregistrées sur le plateau d’Albion. Ainsi, sécheresse et  vent sont bénéfiques aux vignes. Le climat, plus frais que dans le sud de la Vallée du Rhône, explique pourquoi les vins blancs représentent 25 % de cette appellation et sont aujourd’hui reconnus pour leur qualité. Le Luberon rouge accompagne facilement tout un repas.

Tavel

Reconnue appellation en 1937,  elle est la seule appellation rhodanienne consacrée uniquement au rosé. On la surnomme également le ’Roi des rosés’. Son vignoble, planté dans l’Antiquité par les Grecs,  est situé  à Tavel sur la rive droite du Rhône face à Châteauneuf-du-Pape. Son style est généreux, rond et aromatique avec une bouche fraîche aux notes fruitées. Appréciez-le avec des plats méridionaux comme la bouillabaisse, l’anchoïade ou avec la cuisine asiatique.

Lirac

Voisin de Tavel et situé en face de Châteauneuf-du-Pape sur la rive droite du Rhône, Lirac est un vin très chaleureux, méridional à découvrir pour sa corpulence, sa finesse et ses arômes de fruits mûrs et d’épices. Il se déguste sur une épaule d’agneau, un cuissot de sanglier, une daube de bœuf, un hachis Parmentier ou de bons chocolats noirs.

Saint-Joseph 

C’est l’un des plus vieux vignobles d’Europe dont les origines remontent  à la colonisation des Grecs  puis des Romains qui continuèrent la culture de la vigne. Autrefois appelé « Vin de Mauves », il était très apprécié des Rois de France au 14ème siècle, et fut nommé « le Saint-Joseph » au 18ème siècle par les Jésuites de Tournon. Il obtint l’AOC en 1956. Son vignoble se situe entre Condrieu et Cornas, sur des coteaux abrupts, essentiellement granitiques, bordant la rive droite du Rhône. La Syrah est le seul cépage rouge autorisé avec éventuellement 10 % de Roussanne ou Marsanne qui sont des cépages blancs.

Vin élégant et fin, la Syrah lui confère de la puissance aromatique poivrée avec une nuance de violette. Il s’apprécie avec un sauté de veau aux olives, un osso bucco, des petits gibiers grillés et des pâtisseries au chocolat.

Costières de Nîmes

Cette AOP est considérée comme la plus méridionale des appellations de la Vallée du Rhône. Tout autour de Nîmes, elle domine la plaine de la Camargue. Nîmes est d’ailleurs connue pour ses vestiges romains, réel  témoignage de la présence des Romains qui introduisirent la culture de la vigne  avant Jésus Christ. Son terroir est composé de galets roulés datant du quaternaire, tout comme l’appellation Châteauneuf-du-Pape, ce qui permet l’obtention de vins aux arômes épicés et aux tanins soyeux. Les rouges accompagnent parfaitement une gardiane de taureau, une côte de bœuf ou des volailles rôties.

Crozes-Hermitage

AOC depuis 1937, elle a la plus grande superficie des crus septentrionaux et s’étend sur 11 communes de la Drôme autour de Crozes-Hermitage et de Tain-l’Hermitage. La Syrah est le cépage principal et peut être complété par la Marsanne ou la Roussanne. La Syrah offre un bel équilibre entre le fruit et les tanins. Dans leur jeunesse, les Crozes-Hermitage présentent des arômes floraux et de fruits rouges. Au fil des ans, ils développent des notes plus animales, d’épices et de cuir. 

Les Crozes-Hermitage blancs représentent moins de 10 % de l’AOP et sont des vins blancs secs, frais et fruités.

Hermitage 

Ou Ermitage, AOC depuis 1937, seul cru du nord situé sur la rive gauche du Rhône.
Ce grand cru de légende s’étend sur 3 communes de la Drôme : Tain l’Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage. L’histoire du chevalier de Sterimberg serait à l’origine du nom de cette appellation. Selon la légende, fatigué de se battre contre les Cathares en 1224, ce valeureux chevalier se repentit et fonda un ermitage  en haut de la colline de Tain où il se retira et y planta de la vigne. Néanmoins, la vigne était déjà présente depuis l’antiquité.  Le vignoble est situé sur des Coteaux abrités du vent et bien exposés au soleil.

Ce vin d’exception  est  puissant, très aromatique, tannique mais avec une belle finesse en bouche grâce à la Syrah qui s’épanouit merveilleusement dans ce terroir. Elle peut être assemblée avec jusqu’à 15 % de Marsanne et de Roussanne qui sont les deux cépages de l’Hermitage blanc (qui représente un peu moins de 30 % de l’appellation). L’Hermitage rouge se déguste avec du gibier, de bonnes viandes rouges ou un coq au vin.

Côte-rôtie

C’est l’un des plus anciens vignobles de France, planté par les Romains. AOC depuis 1940,  son vignoble au climat tempéré s’étend sur 3 communes situées sur la rive droite du Rhône : Saint-Cyr sur Rhône, Ampuis et Tupin Semons.  Les vignes sont sur des coteaux très escarpés aux terrasses étroites qui ne permettent que des vendanges manuelles.  Selon la légende, au Moyen-Âge, le Seigneur Maugiron aurait partagé ses terres entre ses deux filles, l’une brune, l’autre blonde. D’où 2  terroirs bien distincts :  au nord, la Côte Brune, aux vins plus corsés et au Sud, la Côte Blonde aux vins plus fins. La Syrah, cépage principal du Côte-Rôtie, donne ces arômes de truffes, de violettes et de cuir. 

Le cépage Viognier  peut être ajouté jusqu’à 20 % pour apporter au Côte-Rôtie  plus d’arômes et de finesse. A Ampuis, un conservatoire national de la Syrah a été créé pour  étudier et préserver le patrimoine génétique de ce cépage. Ce cru est renommé aujourd’hui pour sa qualité exceptionnelle. Il s’apprécie avec de l’agneau, un magret de canard ou un tournedos Rossini.

Condrieu

AOC depuis 1940, cette appellation se situe dans les Côtes du Rhône septentrionales, sur la rive droite du Rhône sur des versants granitiques abrupts dominant le fleuve. Condrieu signifie ‘au coin du ruisseau’.  Condrieu, ancien port fluvial, était connu pour ses mariniers qui durant des siècles assuraient le transport maritime entre Lyon et Beaucaire, non loin d’Avignon.
Plus tard, une activité de tonnellerie s’installa.

La superficie de production est d’environ 150 ha ce qui en fait un vin rare d’autant plus que le rendement moyen est de 38 hl/ha. Produit exclusivement avec du Viognier vendangé manuellement, ce cru est remarquable par sa grande palette d’arômes qui évolue au fil des ans. Vin fort élégant, d’une belle puissance aromatique de fruits et de fleur. Il se déguste dès l’apéritif avec un Pélardon, puis avec les poissons en sauce, des coquilles Saint Jacques gratinées, un foie gras poêlé ou un dessert à l’abricot.